A MANDRACULA
Mise en scène Guy Cimino - 2013

RÉSUMÉ DE LA PIÈCE

Dans son exil, Niccolò Machiavelli écrit Le Prince, Discours sur l’art de la guerre et La Mandragore avec laquelle il a sans doute donné son chef-d’œuvre au théâtre italien de la Renaissance. C’est cette pièce qui lui vaut la célébrité de son vivant, pas ses œuvres politiques. Elle donne une autre image du Florentin. Qui l’aurait imaginé en auteur d’une farce paillarde, digne de Boccace ? Avec La Mandragore qui préfigure le théâtre populaire italien de la « commedia dell’arte », Machiavel signe un chef-d’œuvre proprement révolutionnaire par la virulence de son réalisme critique, par l’exaltation de la « vérité » des sentiments, par l’incomparable originalité de son langage et par la géniale simplicité de son intrigue : pour avoir un enfant, Nucè, notaire aussi riche que benêt, part faire une cure aux Eaux d’Orezza avec sa femme Lucrezia. Comme la cure n’a aucun effet, il n’hésitera pas à la jeter dans les bras du premier venu en risquant la vie de celui-ci qui mourra si Lucrezia boit une potion de mandragore ; la vertueuse Lucrezia, contrainte à l’adultère par son mari, et avec la complicité du cupide Frate Timoteo, aura tôt fait d’y prendre goût…

DISTRIBUTION

Pierrick TONELLI, Henri OLMETA, Jean-Pierre GIUDICELLI, Jean-Louis GRAZIANI, Jean-Batti FILIPPI, Corinne MATTEI, Pierre-Laurent SANTELLI, Sébastien CASALONGA