L'AFFARE DI CARRUGHJU DIRITTU
Traduction Guy Cimino, Mise en scène Noel Casale -2018

RÉSUMÉ DE LA PIÈCE

Bastia, 2001. Deux notables bastiais se réveillent un matin dans le même lit chez l’un des deux. Ils se reconnaissent à peine et se souviennent vaguement qu’ils ont bu ensemble toute la nuit et sombré assez vite dans une sorte de trou noir. Ils ont les mains noires de khôl et ont perdu dans leur nuit d’ivresse un parapluie vert à tête de singe. La maîtresse de maison s’ennuie. On lui confie pour la distraire un quotidien vieux de vingt ans car celui du jour est introuvable. Elle y lit qu’une « jeune marocaine a été assassinée dans la nuit, rue du Chanoine Letteron, anciennement « Rue Droite» – Carrughju Dirittu » On suppose que les assassins étaient deux que deux pièces à conviction ont été retrouvées sur place dont un parapluie vert à tête de singe et que les deux agresseurs étaient en état d’ivresse ».

C’est le délire. Les deux hommes vont passer leur journée à tenter de faire disparaître les traces et les objets de « leur crime ». Leur trou noir de la nuit aspire tout. On ne réfléchit plus, on s’insulte, on se jette à corps perdus dans des comportements de plus en plus aberrants, on en vient à se reconnaître et à s’accepter dans la peau d’un tueur et de s’envisager même récidiviste (d’éventuels témoins sont à éliminer) …

On finit par retomber sur ce vieux journal, daté du 13 juin 1981, jour de la victoire du Sporting de Bastia en finale de la Coupe de France. Ouf, ouf, ouf… Les spectateurs de cette « bouffonnerie féroce» auront eu de quoi rire mais probablement aussi de quoi méditer – oui, mais à quoi ?

Vu le sujet, l’époque et le lieu, il faut vraiment vous faire un dessin ?

 

DISTRIBUTION

Jean Pierre GIUDICELLI, Henri OLMETA, Corinne MATTEI, Thomas BRONZINI, Jean Batti FILIPPI , Traduction Guy CIMINO, Mise en scène Noël CASALE, Lumières Marie VINCENT, Décors et Costumes Anne LEZERVANT, Affiches Pierre François CIMINO, Surtitrage Anais TAPIERO